My Securite
Menu

Inscrivez vos coordonnées

Votre demande a bien été enregistrée. Nous vous contacterons rapidement.

Prévention des risques domestiques : le Guide

La prévention des risques domestiques et des accidents de la maison est une préoccupation permanente pour la famille. Protégez donc vos enfants en réduisant les risques que ce soit à la maison comme au jardin.


guide pour accidents domestiques

Choisir sa trousse de secours

La trousse de secours, aussi appelée kit à pharmacie, permet de soigner les petites blessures et les maladies bénignes de toute la famille. Elle peut aussi être utilisée en cas d’accidents plus graves (fracture, hémorragie…) en attendant l’intervention des secours. Elle sert à la maison, ainsi qu’en voyage. C’est pourquoi elle est réduite au strict nécessaire, afin d’être facile à transporter.

Les kits vendus dans le commerce contiennent le matériel de base indispensable à chacun.


Ils doivent être complétés en fonction :

De la composition de la famille (âge, nombre de personnes) et des affections particulières à chacun (allergies…)
De la saison (on ne souffre pas des mêmes affections en été ou en hiver).
Des problèmes de santé spécifiques à certains pays exotiques.
La trousse de secours doit être conservée dans un endroit propre et sec, hors de portée des enfants.

 

Trousse de secours : les indispensables

Pour la famille, le matériel de base d’une trousse de secours comprend :

  • Un thermomètre Une paire de ciseaux
  • Une pince à épiler (échardes…)
  • Des compresses stériles
  • Des compresses au calendula contre les brûlures
  • Un sparadrap hypoallergénique
  • Des bandes extensibles
  • Des pansements prédécoupés
  • Des gants stériles

 

Pour les accidents plus graves :

  • Une couverture de survie
  • Un coussin hémostatique pour stopper les hémorragies

 

Prévoir aussi quelques médicaments :

  • Un spray désinfectant
  • Un anti-douleur et fièvres type paracétamol ou ibuprofène
  • Un antibiotique à large spectre contre les infections

 

En été, ou dans les pays exotiques, ajouter :

  • Une crème de protection solaire
  • De la Biafine contre les brûlures dues au soleil
  • Un aspivenin
  • Une crème apaisante contre les piqûres d’insectes
  • Un antidiarrhéique
  • Des pastilles de désinfection pour l’eau

Ne pas oublier les médicaments destinés à traiter les affections personnelles, les ordonnances nécessaires à leur renouvellement et la liste des numéros d’urgence.

 

Le budget

Selon leur composition, le prix des kit de secours « spécial famille » prêts à l’emploi varie entre 15 et 40 euros environ.

En y ajoutant les autres produits recommandés ci-dessus (hors traitements spécifiques), vous atteindrez un investissement global de 50 à 100 euros.

 

Les références

MEDISAFE, spécialiste des trousses conçues pour la médecine du travail, s’appuie sur son expérience du secteur pour proposer des solutions complètes et sûres.

PHARMAVOYAGE propose des kits plus spécialement conçus pour le voyage et les destinations exotiques.

AZA MEDICAL, spécialiste du matériel médical, fournit des trousses bien équipées à des prix très concurrentiels.

Choisir un kit de sécurité bébé à la maison

Vers 6-10 mois, l’enfant se met à explorer les pièces qui l’entourent et où le guettent de multiples dangers : prises électriques, angles des meubles, portes où il risque de se coincer… Pour assurer sa protection, les fabricants ont conçu quelques matériels indispensables, à commencer par les kits de sécurité bébé.

Attention aux accident domestiques qui touchent les bébés !

Entre 6 et 10 mois environ, bébé se lance dans l’exploration de son environnement, le plus souvent à quatre pattes, et sans conscience des dangers potentiels qui l’entourent. S’il est bien sûr indispensable de ne jamais relâcher sa surveillance, cela ne suffit pas pour autant.
En effet, il suffit parfois d’un instant d’inattention pour que l’accident se produise. Et les tout-petits sont souvent beaucoup plus rapides que vous ne l’imaginez ! Or, à cet âge, c’est souvent en s’aidant de leurs mains qu’ils partent à la découverte de l’univers qui les entoure. D’où la menace représentée par les prises électriques, les portes ou les meubles mal refermés. Et comme ils ne perçoivent pas les obstacles se dressant sur leur chemin, ils risquent de se cogner aux angles de votre mobilier.

Les kits de sécurité disponibles sur le marché réunissent un ensemble de protections contre ces différents périls. Mais pour assurer réellement la sécurité de bébé, il est nécessaire de les compléter par quelques autres équipements de base. Sans oublier d’acquérir certains réflexes tout aussi utiles…

 

Que contiennent les kits de sécurité bébé ?

Sous l’appellation de « kit sécurité bébé », on trouve aujourd’hui sur le marché un ensemble de petits éléments de protection comprenant généralement entre quinze et quarante pièces environ et intégrant notamment :

• Des cache-prises
Comme leur nom l’indique, ils s’installent sur les prises électriques pour empêcher bébé d’y glisser les doigts. On trouve de multiples modèles, parmi lesquels les plus sûrs sont les cache-prises à ventouse ou à clé, que l’enfant ne peut enlever tout seul. Pensez aussi à poser des cache-prises sur vos rallonges électriques lorsqu’aucun appareil n’y est branché.

• Des protège-coins
Ceux-ci se posent au coin des meubles situés à hauteur de l’enfant (table basse par exemple). Ils lui évitent ainsi de s’y cogner, occasionnant des bobos souvent douloureux. À noter toutefois, ils sont souvent en nombre insuffisant dans les kits sécurité bébé. Pour les compléter, pensez à la mousse anti-choc disponible par rouleaux et qui présente l’avantage de pouvoir s’adapter à toutes les formes de meubles.

• Des dispositifs anti-pince-doigts
Les modèles d’entrée de gamme, que l’on trouve souvent dans les kits sécurité, consistent en des bagues de plastique permettant de bloquer la charnière des portes pour éviter aux tout-petits de s’y coincer les doigts. Certains dispositifs plus sophistiqués, mais plus coûteux, se rencontrent aussi sur le marché sous la forme de gouttière à fixer le long du coin de porte, offrant une protection encore plus complète.

• Des dispositifs de blocage pour portes, appareils électroménagers, tiroirs, etc.

Ces dispositifs comprennent différents modèles selon les cas :

  • Pour les tiroirs en bois uniquement, des embouts qui se vissent à l’intérieur pour empêcher l’enfant de les ouvrir ou d’accéder à leur contenu. Attention, contrairement aux autres matériels cités, ces modèles demandent un minimum de savoir-faire en matière de bricolage pour être correctement fixés, et vous obligent à percer vos tiroirs pour les installer.
  • Des barres de blocage pour portes, tiroirs ou appareils électroménagers se fixant avec un système adhésif ou des ventouses. Vérifiez que leurs dimensions correspondent au meuble que vous souhaitez protéger.
  • Des barres dites « universelles », qui peuvent être souples, à longueur ajustable ou les deux à la fois. L’intérêt de ces modèles est de pouvoir s’adapter à de très nombreux types de meubles, y compris la cuvette des toilettes ou une poubelle par exemple.

En pratique, il est rare que ces kits de sécurité comprennent exactement le type et le nombre de pièces dont vous avez besoin. Ils vous fourniront néanmoins une bonne base de départ à un prix avantageux. Libre à vous ensuite de vous procurer des éléments complémentaires au cas par cas… et au fil des progrès de bébé dans ses explorations.

 

Quels autres équipements prévoir ?

Les kits de sécurité bébé permettent de mieux protéger votre enfant contre certains risques élémentaires, mais ils ne suffisent pas à assurer sa sécurité à la maison. Pour y contribuer, vous pouvez notamment recourir à :

• Un casque de protection
Parfait pour donner à votre bout de choux l’allure d’un boxeur à l’entraînement… mais offrant aussi une protection efficace contre les chocs voire les chutes, qui ne l’oublions pas constituent l’un des principaux accidents domestiques frappant les jeunes enfants. L’ennui, c’est que bébé n’est pas toujours d’accord pour le porter !

• Une barrière de sécurité
En plus du kit sécurité, c’est l’autre équipement indispensable pour assurer la protection de bébé. Elle permet de bloquer l’accès aux escaliers mais aussi aux pièces de votre choix. Ces barrières existent aussi en version modulable pour cantonner l’enfant dans certaines parties de votre habitation.

• Des bloque-fenêtres
Quand l’enfant commence à savoir se tenir debout, jusqu’à quatre ans voire plus, il peut être tenté d’accéder aux fenêtres pour jeter un œil dehors. Il existe différents dispositifs permettant d’éviter tout risque à ce niveau.

• Un babyphone
Il est incontournable pour s’assurer que tout se passe bien lorsque vous laissez bébé seul dans sa chambre, à l’heure de la sieste ou pour la nuit. Les premiers mois, c’est surtout pour vérifier qu’il trouve le sommeil. Mais quand l’enfant grandit, c’est aussi un bon moyen de savoir s’il n’est pas en train de commettre une bêtise.

• Pour le bain
L’heure du bain recèle de nombreux périls pour les tout-petits, chute à la suite d’une glissade, brûlure parce que l’eau est trop chaude mais aussi à cause des robinets…

Certains équipements vous permettront de mieux protéger bébé dans de telles circonstances :

  • Protections pour robinet
  • Tapis antidérapant
  • Thermomètre

Sans oublier qu’une noyade peut se produire en quelques dizaines de secondes, raison pour laquelle il ne faut en aucun cas laisser l’enfant seul dans son bain, même pour un court laps de temps.

Et pour soigner les petits bobos au quotidien ou prodiguer les premiers soins en en cas de blessure plus grave, pensez à toujours disposer à la maison d’une trousse premier secours bien équipée.

 

Quels sont les bons réflexes sécurité à avoir ?

Les équipements ne font pas tout : pour que bébé grandisse en toute sécurité à la maison, quelques règles de base peuvent faire toute la différence.

La première consiste… à se mettre à sa hauteur ! À quatre pattes dans le salon, la cuisine ou la salle de bain, vous percevrez bien mieux les dangers qui se dressent sur son chemin et qu’il vous faut écarter.

Deuxième règle, ôtez les tentations de son chemin. Cela inclut tous les objets potentiellement menaçants : rangez soigneusement ciseaux, stylos, couverts, substances toxiques (médicaments, produits de nettoyage…) hors de sa portée. Attention aussi aux petits objets qu’il risque de mettre dans sa bouche, notamment les jouets de ses aînés s’il n’est pas votre premier enfant. Idem pour les fils électriques, que vous prendrez soin de relever ou de dissimuler derrière un cache-fil.

Faites aussi bien attention à l’endroit où il se trouve : spontanément, les tout-petits ont tendance à se coller juste derrière leurs parents au moment, par exemple, où ceux-ci cuisinent, une casserole d’eau bouillante à la main… Dans ce cas, gare aux faux mouvements !

Dans l’idéal, tâchez de ne pas quitter bébé des yeux. Mais comme cela arrive forcément à un moment ou à un autre, les équipements de sécurité sont précisément là pour pallier cette inattention.

Maison : comment sécuriser les escaliers contre les accidents domestiques ?

Chaque année en France, les personnes âgées sont victimes de 450 000 chutes, dont plus des trois quarts se produisent à leur domicile. De plus, beaucoup ont tendance avec l’âge à voir leur mobilité se réduire. Pour leur bien-être psychologique, il est pourtant primordial de continuer d’habiter le plus tard possible dans leur propre maison.

De ce point de vue, les escaliers posent un problème particulier, car avec l’âge ils deviennent la source de difficultés croissantes voire insurmontables. Même quelques marches peuvent représenter un obstacle difficile à franchir !

Il est alors nécessaire de réaliser des aménagements adaptés afin de faciliter le maintien à domicile. Cela passe par deux types de mesures complémentaires :

La conduite de travaux spécifiques, facilitant la circulation et réduisant les risques d’accident.
La mise en place d’équipements sur mesure : monte-escalier, ascenseur privatif… C’est notamment le cas si la personne éprouve de grandes difficultés à gravir les escaliers ou ne le peut plus (seniors se déplaçant en fauteuil roulant).
Ces équipements peuvent être complétés par un service de téléassistance, qui apporte non seulement un suivi quotidien, médical éventuellement, mais fournit aussi une écoute très importante sur le plan psychologique.

 

Ce qu’il faut faire pour réduire les accidents domestiques senior

Quels aménagements pour faciliter la mobilité ?
Pour permettre le maintien à domicile des personnes à mobilité réduite, certains aménagements se révèlent indispensables. C’est particulièrement le cas pour ce qui concerne les escaliers, source de chutes importante.
Leur configuration doit respecter certaines règles de base. Si tel n’est pas le cas, il est fortement recommandé de procéder aux modifications nécessaires, voire d’installer un nouvel escalier. Cela concerne notamment :

 

L’éclairage

Avec l’âge, l’acuité visuelle diminue. Il est donc nécessaire de mettre en place un éclairage ne laissant aucune zone d’ombre, placé de façon indirecte pour éviter les éblouissements. L’intensité lumineuse doit également être importante (60 Watts minimum). Des couleurs claires aux murs contribueront aussi à améliorer la visibilité.

 

Le revêtement

Il faut éviter les revêtements glissants, tels que le bois ou des carreaux trop lisses. Préférez un revêtement antidérapant, qu’il s’agisse d’un matériau type lino, mais aussi de céramiques spécialement traitées.

 

Les marches

La hauteur de celle-ci ne doit pas dépasser 16,5 cm. La présence de contremarches (partie verticale entre deux marches) est indispensable : évitez les escaliers dits « à claire-voie ». Une profondeur de marche (ou giron) confortable est également appréciable, de l’ordre de 25 à 30 cm environ.

 

Les mains courantes

Deux mains courantes, placées de chaque côté de l’escalier, faciliteront l’ascension de celui-ci. Veillez à ce qu’elles débordent de manière importante aux extrémités de l’escalier (30 cm environ) afin de les rendre plus faciles à saisir.

 

Quelques précautions supplémentaires faciliteront d’autant l’usage des escaliers, tout en réduisant les risques d’accident :

  • Évitez les tapis en bas et en haut des escaliers, ainsi que tout objet susceptible de faire trébucher la personne.
  • Vérifiez que des défauts de l’escalier (clou, partie saillante…) ne risquent pas d’entraîner une chute.
  • Si vous en avez la place, installez un fauteuil sur les paliers pour permettre de faire une pause si besoin.
Vous cherchez un pro

Inscrivez vos coordonnées

Votre demande a bien été enregistrée. Nous vous contacterons rapidement.

Inscrivez vos coordonnées

Votre demande a bien été enregistrée. Nous vous contacterons rapidement.